Archives par mot-clé : ginzburg

Le nom des gens. Quelques réflexions sur les enjeux épistémologiques de la désignation des personnes

NB : pour faciliter la lecture de ce billet, une version PDF est disponible ici.

Dans le travail scientifique comme dans la vie de tous les jours, les mots que l’on choisit pour désigner quelqu’un ont toujours un sens.

Les différents outils linguistiques à notre disposition (prénom, nom, appellatifs[1]…), les contraintes stylistiques et les habitudes d’écriture académique – ou plutôt les habitudes académiques d’écriture – offrent une large gamme pour désigner les personnes. Or, sans que l’on n’en ait toujours pleinement conscience, choisir telle ou telle formule pour telle ou telle figure n’est jamais neutre. Et c’est bien là le problème de ce genre de microdécision que l’on prend lorsque l’on écrit : on se dit que ce n’est qu’un détail esthétique, alors que c’est en fait un (non-)positionnement épistémologique qui, comme toutes les questions épistémologiques, peut avoir des conséquences éthiques et politiques d’autant plus importantes qu’elles sont totalement implicites.

Je vous propose donc d’examiner quelques cas qui permettront de mieux comprendre comment le choix des noms et des expressions pour désigner quelqu’un peut avoir un sens plus ou moins caché mais toujours existant. Il ne s’agit pas du tout de considérations théoriques sur le nom propre, son fonctionnement linguistique et son efficace[2], mais de réflexions issues de mon travail de doctorant sur les formes et les enjeux des représentations littéraires de figures de nobles face à la Révolution française. C’est en somme une tentative de réponse à la lancinante question à laquelle je fais face lorsque j’écris ma thèse : « Mais comment je vais bien pouvoir les appeler ? ».

Proust et Gérard

Rien de plus éclairant peut-être, pour commencer, que la manière dont, lorsque l’on fait des études littéraires, on nomme les écrivain·e·s. On utilise le plus souvent un prénom et un nom, certes – mais pas tout le temps. On peut dire « Marcel Proust », mais on peut aussi dire « Proust » tout court ; et cela n’a pas du tout le même sens.

Par exemple, lorsqu’en 1970 Deleuze modifie le titre de son Marcel Proust et les signes, publié pour la première fois en 1964, en Proust et les signes, c’est selon Antoine Compagnon un indice qui tend à prouver que le processus d’institutionnalisation et de canonisation de Proust est véritablement accompli, que l’écrivain est suffisamment connu et reconnu pour n’être appelé que par son patronyme. Le geste de nomination est bien ici un jugement, qui vise en l’occurrence aussi bien à rendre compte de l’institutionnalisation de Proust qu’à y participer[3]. Et lorsque je n’écris pas le prénom de Deleuze mais que j’écris celui de Compagnon, j’opère moi-même implicitement une opération intellectuelle comparable en classant l’un par rapport à l’autre, et je laisse mes lecteurs/trices décider si le critère de classement que j’adopte sans le dire est celui du degré de notoriété ou d’importance que je prête à leurs travaux respectifs.

Plaque apposée au n° 61 de la rue de Richelieu, Paris 2e (source : Wikipedia)

Une autre habitude, typique des cours de littérature, c’est d’adopter au contraire le seul prénom pour désigner un auteur ou une autrice. En l’occurrence, cela concerne peut-être un nombre plus restreint d’écrivain·e·s. De ma modeste expérience, j’ai ainsi croisé « JeanJacques » (Rousseau), « Gérard » (de Nerval) ou encore « Marguerite » (Duras). Systématiquement, le choix de ce type de nomination renvoie à un goût très affirmé pour ces écrivain·e·s, et fait de celui ou celle qui l’emploie un.e véritable groupie, le membre d’une société imaginaire de « fans » qui marquent à la fois leur (désir de) proximité avec l’écrivain·e fétiche et le fait de se distinguer ainsi du commun des lecteurs/trices. Le comble de ce souci très aristocratique de former une communauté de happy few, c’est avec Stendhal qu’on l’atteint, et plus particulièrement avec la manière de prononcer le pseudonyme d’Henri Beyle. De même que l’on reconnaissait autrefois celui ou celle qui appartenait au grand monde à sa manière de prononcer des noms comme « le duc de Broglie » (à prononcer comme « de Breuil ») ou « le château de Louveciennes » (à prononcer comme « Lucienne »), « on reconnaît les véritables stendhalien·ne·s à leur manière de “prononcer Stendhal comme scandale” », comme m’a dit un jour, avec une véritable fierté, quelqu’un qui espérait être reconnu comme tel.

Noms de nobles

« Permettez, répondit M. de Charlus avec un air de hauteur, à M. Verdurin étonné, je suis aussi duc de Brabant, damoiseau de Montargis, prince d’Oléron, de Carency, de Viareggio et des Dunes. D’ailleurs cela ne fait absolument rien. Ne vous tourmentez-pas », ajouta-t-il en reprenant son fin sourire, qui s’épanouit sur ces derniers mots : « J’ai tout de suite vu que vous n’aviez pas l’habitude[4]. »

Par-delà le cas des noms d’écrivain·e·s, où les fantaisies nominalistes mettent souvent en jeu des questions de légitimation et de définition de soi – qui sont cruciales néanmoins pour celles et ceux qui écrivent sur la littérature, puisque c’est une identité de lecteur/trice que l’on se construit ainsi dans son rapport avec l’écrivain·e étudié·e – il y a celui, aux conséquences épistémologiques plus graves à mon sens, du nom des personnes représentées dans les textes.

Dans mon cas, la difficulté réside dans le groupe social auquel appartiennent la plupart des figures qui m’intéressent dans mon travail de thèse : la noblesse. Or la manière de nommer les nobles d’Ancien Régime est particulièrement élaborée, et j’ai mis du temps à saisir certains rouages qui sont pourtant essentiels si l’on veut comprendre efficacement ce qui se joue dans ces phénomènes de désignation.

La première chose à comprendre, peut-être, c’est que le nom renvoie moins à une identité personnelle qu’à celui de la maison à laquelle l’individu appartient (c’est-à-dire, le plus souvent, au titre de noblesse de la famille) et à la place que cet individu occupe à l’intérieur de cette maison. La manière de nommer n’est donc jamais fixe : elle dépend systématiquement d’un « état du champ » familial. Une même personne peut ainsi changer plusieurs fois de nom au cours de sa vie.

Cet état du champ familial peut varier à échelle interne, principalement en fonction des décès des ascendants masculins[5], ce qui se traduit concrètement par l’utilisation des titres d’attentes, qui sont des titres secondaires traditionnellement données aux fils aînés dans l’attente de la succession de leur père[6]. Ainsi, dans la maison de Condé, le fils aîné porte le titre d’attente de duc d’Enghien, tandis que chez les La Rochefoucauld, on adopte celui de prince de Marcillac. Quant au duc de Guermantes de Proust, il est prince des Laumes avant d’hériter du titre de son père[7].

Les altérations du nom peuvent aussi résulter d’héritages familiaux : le baron de la Brède ne devient baron de Montesquieu qu’en 1716, en adoptant le nom de son oncle, dont il hérite le titre et la charge de président à mortier du Parlement de Bordeaux. C’est donc à vingt-sept ans qu’il acquiert le patronyme sous lequel il sera plus tard célèbre.

Mais la manière de désigner un noble dépend aussi de sa situation et de celle de sa famille, cette fois dans le champ politique. L’ascension se traduit ainsi symboliquement par des évolutions du nom ou du titre. En 1693, Louis XIV donne au marquis de Puyguilhem le titre de duc de Lauzun. En 1780, la comtesse de Polignac devient la duchesse de Polignac, lorsque Louis XVI fait de son époux un duc.

Finalement, le prénom (ou le nom de baptême) n’a que très peu d’importance, si ce n’est pour marquer des traditions familiales, et créer cet effet d’ancienneté que Bourdieu considère comme l’un des principaux atouts du capital symbolique nobiliaire[8]. Dans les grandes familles nobles, le prénom peut ainsi être numéroté, à l’image de celui des rois : l’auteur des Maximes porte ainsi le nom de François VI de La Rochefoucauld. La page Wikipédia concernant sa famille nous apprend d’ailleurs que l’actuel titulaire du titre est François XIX et qu’un prince de Marcillac, né en 1984, est en course pour devenir un jour le vingtième duc.

Dans mon corpus d’étude, le cas le plus représentatif de ces phénomènes de mobilité du nom est probablement Richelieu. Ainsi, dans la Vie privée du maréchal de Richelieu (1791), le prénom et le nom du protagoniste ne sont mentionnés véritablement qu’une seule fois, au tout premier chapitre, lorsqu’est évoquée sa naissance (« Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu, est né le 13 mars 1696[9] »). Dans la suite du récit, il n’est plus désigné que par le titre d’attente de sa famille (duc de Fronsac), puis par son titre principal (duc de Richelieu) et enfin, lorsque le Louis XV le fait maréchal, comme maréchal de Richelieu. C’est finalement cette dernière appellation qui domine – probablement parce qu’elle a le mérite de pouvoir le distinguer des autres Richelieu, puisqu’il est le seul maréchal de sa famille.

Si l’on arrête ici l’analyse, on n’a finalement pas grand-chose à en redire. Après tout, ce n’est qu’une histoire de désignants mobiles plutôt que fixes, et il suffit d’être un peu précautionneux pour s’y retrouver.

Sauf qu’il y a parfois des implications épistémologiques plus ou moins visibles dans ces opérations de nomination, et qu’il vaut toujours mieux en avoir conscience pour pouvoir en analyser les implications.

Page de titre des Mémoires du maréchal duc de Richelieu (1790) de Soulavie (Source : Google Books)

Penser/Classer

En l’occurrence, le fait que Richelieu soit plus volontiers désigné par sa dignité de maréchal que par son titre de duc et pair n’est peut-être pas tout à fait neutre. Ce détail, apparemment insignifiant, pourrait bien apparaître au contraire comme un indice qui permet de comprendre un peu mieux le fonctionnement du pouvoir royal sous la France bourbonienne et même, à l’échelle plus large de l’histoire occidentale, le fonctionnement de l’État en tant que régulateur, ordonnateur et dispensateur de la valeur et de la norme sociale[10].

C’est en lisant les Mémoires du maréchal-duc de Richelieu[11], de Jean-Louis Soulavie (1790), que j’ai découvert une analyse qui allait en ce sens. Ce texte s’éloigne beaucoup du modèle que son titre semble programmer. Soulavie, abbé intellectuel typique de la fin du xviiie siècle qui embrassera la cause révolutionnaire et sera le premier prêtre constitutionnel à se marier publiquement, se sert d’une formule générique vendeuse (les « Mémoires ») pour écrire dans les faits une histoire à charge de la monarchie française, décrivant les progrès du despotisme royal depuis Louis XIV jusqu’à la période de régénération nationale qui s’ouvre selon lui avec la Révolution[12].

Dans cette optique, Soulavie analyse l’importance que prend le maréchalat sous Louis XIV dans l’échelle des valeurs curiales comme un outil d’abaissement du corps des ducs et pairs :

Jusqu’à son règne, on avoit dit, Le duc de Vivonne, le duc de Navailles, qui étoient cependant maréchaux de France : il voulut qu’on dît désormais, le maréchal de Villars, le maréchal de Villeroy, quoiqu’ils fussent pairs. Il n’appeloit point lui-même les pairs de France qu’il venoit de créer maréchaux, autrement que monsieur le maréchal. Depuis ce jour-là, il sembloit qu’ils n’étoient plus les pairs du royaume ; & l’usage prévalut si bien, qu’on n’a jamais dit depuis, que le maréchal de Richelieu, le maréchal de Noailles, le maréchal de Biron, &c[13].

Dans l’état actuel de mes connaissances, je ne saurais dire si l’observation de Soulavie est prouvée, et si elle correspond à une décision consciente de Louis XIV. Ce que je peux dire cependant, c’est qu’elle résonne avec un certain nombre de décisions royales qui, sur le temps long, tendent à valoriser des titres et des valeurs directement accrédités par le pouvoir monarchique. Il me semble par exemple assez convaincant de comparer cela avec la reconnaissance de la supériorité des princes du sang et des princes étrangers sur les ducs et pairs qui se produit entre la deuxième moitié du xvie et le xviie siècle[14]. À travers l’affirmation de la supériorité du sang capétien et du principe de souveraineté, il s’agit de sanctionner la prééminence d’un ordre royal sur un ordre potentiellement concurrent qui serait celui de la noblesse, incarné par l’institution du duché-pairie[15].

Dans ce cas comme dans l’affaire du maréchalat, c’est une lutte de pouvoir féroce qui se joue en arrière-plan pour obtenir la capacité de classer et de hiérarchiser les individus. Derrière cet automatisme qui consiste à écrire « le maréchal de Richelieu » pour désigner cet individu, que j’emprunte sans même y penser aux auteurs et aux textes que j’étudie dans ma thèse, je reconduis en un sens le geste de Louis XIV dénoncé par Soulavie, et je prends parti – sans le savoir ! – dans une querelle vieille de plus de trois siècles, certes bien oubliée aujourd’hui, mais qui en dit long sur le fonctionnement du pouvoir.

Emic vs Etic

C’est ce qui me fait penser à un outil qui peut être utile pour mieux manipuler ces drôles d’objets que sont les noms et les désignants des personnes : la distinction emic/etic.

Cette distinction, je l’ai rencontrée dans les travaux de Carlo Ginzburg, qui s’en sert lui-même très souvent pour ne pas être piégé par les matériaux qu’il manipule. Il en tiele ainsi dans unen are ien eas ion ant sublié pans le rueve sem>eenes sen a 2003:

Jette distinction,a pti pasée aar ln snt hoposogse saémrcatn, lglesent ainguisti, eKnne th Pik, e uar tr les puffites,emic/et dem>etic<[1], C’est fne dstinction etic/ (otscapqu pur uem>ephne"ic<e); &e t’aitre, ee anve uxdem>eticen(ui senvoie m uem>ephne"ic<e) len gge distinctég&e t’aoservatiur lu du thelche[71].

DL distinction etic/ on que v’an cooisit pu contraire c a’on dittanter lar ln sasnt la vu plus dem>etic. DL dlusar tju mrmps cer opérations de sonc sa s qu t’an c penser: ll de pe fientdait cas vaitent a u’adér esaise c latrong><» porsque le prele aesaouisXV .Mars qela aaeer ite/prelois dn sffert lus dmportanct: lise c latrong><» plusôt que f latrong><» plut ce pas voir dout,e uait pa cême yignifiaations Et luis par ois on n a aontdcompae de vmrcablem en eux esaa combnation,queeu cas-rd cesaa cectuee ces peècls,

LD s qout le qes, ll de femble pmportanctcesarêtrr lttenteon d uls,[81]. seije nepreduit le grair saylistiquescemmen sesals,ela/sm>enau Brriy ela/sm>enPmpardur » ) que je qoit plr lar sse dn q qpse c qem>eprce qu à famr sjlig,/sm>enaorsq sens mÀon dontde comprt, ee neponsuit las,etic/ t lespount lauvu dem>etic. ee ne fetrouverqpsgé par les mats qes pemp;hetimre .

CDctorant sontfon,i   u rudiction=sesaa thèse, je r’a pes esaecotte dmiacke aour nvoter dls, DL suule folumion due j’em re oit mlmme dotentiellement cffecace

CPrabdoxlesent lende lle re danipre deacoter de aopre de c’acrirre cientifique cn dénérat, aela ae far îtraesarendse comscience poegisi ent au’elle rst une dcrirre elle dmpoiquemln sertain nombre deapérations dnt rle tuelle dt d tié-isue q sueel vfutepravaul er c umîtreser lucsoins vutent due je aorps",

Ce que montdcaur ooinp’anxlchce. ee ndit meapoulr, qrancelent axamlent

Caxime Triquenaux<- Aril 2017

DJsaecer.ienchare re se ent aCgise aTome aur o s

CNOTES/p>

La href="#_ftn1ef1">name="_ftnr">[1] Cmme dor lxemple a lMn qeur » a lMaamo » pn q lMaamova le »

Ca href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[2],Peur oela on naur a l aonorte au ca href="#ttps://fww.comre.icnfo/ueve la-guerfrancein -20116-2htm">sumérot190wesaem>eL-guerfrançaise,/sm>e « oNms dredreni; f(0116, siseié par lNconassLa re t

Ca href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[3]. O dour ain damre ca cême ynalyse qvec la rrédtion de padjcteof,

Ca href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[4].lMrce Proust< eSoomiset lGoortree [192-16922]évd Aptoine Compagnon< incaem>e tendectelche<e lgd Aean-LYes Tdit, iPras oGllamatr, oolle.l lBbleiohèsue jesaendPégiad » a9848 po. 33.j/p>

La href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[5], M.sculins< poit uia uesaarcs txpt on qdres aeloonctionnement lesaendais n cobiliaire

La href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[6]. C qui certeplnnuite c ues siuation mlmmoiquer dt dui smpoiquemlue jeu oblessfn tfinalement pouvent pn sombl lempsrante » e teambre de joene qalile dt ofe reen[1919] lgd APer e-pouisXRe, qncaem>e tendectelche<e lgd Aean-LYes Tdit, iPras oGllamatr, oolle.l Bbleiohèsue jesaendPégiad a9848 p. I2 po. 115)

Ca href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[7]. I fnutepignire au ces age)oue jendiérarchis jessLitre o dsun des outour-,e teambre de joene qalile dt ofe re< onp. itj/pm>e lo. 115)

Ca href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[8]. Vir dPer e-Bourdieu eLaRistinction, Crcafue jociale<e lPras oÉd AisaMinun oolle.l lL nsun plnmeua  a9879 po. 74-78 pts lLaRoblesse,  lepitrl souial atsepitrl sombolique   ancaDiie rLa cien RtsMn eue ju Sotn,tM.scinc (ise.) qem>eAcien es dt dousvrle puistocratiq ,e lPras oars m su ,

La href="#_ftn1ef1" name="_ftnr">[9] Aoncme qem>eie privée du maréchal de Richelieu< oolg sant sa pumur-,e iPras oBit m a991) po. 19j/p>

La href="#_ftn1ef10" name="_ftnr0">[10]. C qfnctionnement lesaeaÉat ent uicrirpor lourdieu cuvc uu ,eSr leaÉat VCur-,e [0112] lPras oPunt s0115 po. 14pts 210j/p>

La href="#_ftn1ef10" name="_ftnr1">[1]] ean-Louis Soulavie qem>eémoirese em>eLuis-XV I,Roc ae sFrançoispts/pm>e em>eRs itraiiur li 1endLibrt m COvrege)oomprré uns me Brbleiohèsue lamp; louv me s yuxi e c.sccral de Richelieu lamp; liaires me s Prte -fuiloe sCrrespond ci s amp; lémoirese lt. 1 Lennucs ,aMrs,inle dtt Pras oJs ph i 1Bofet,aMoss, qBit m a9910j/p>

La href="#_ftn1ef10" name="_ftnr2">[12]. Vir dJoh Rriete , q lpL nemps le cviziac nt uccolutL’aistoire alitique. e casna qi 1ouisXXVl lravars l’aœvre si 1un los,aMrsar rl,aMilltsctt Sulavie"  ancaCar,itl Gelle(duse.) qem>eL sFistoiiorranpessdt oEuedr qi c.oyt oÂe)o lendRgolutionn/pm>e lPras oPcs e spi 1eaUnve sio m Pras -Sobonie, l010, ep. 349140.j/p>

La href="#_ftn1ef13">name="_ftnr"">[13]. ean-Louis Soulavie qem>eémoirese lem>enp. it/pm>e.ep. 234j/p>

La href="#_ftn1ef13" name="_ftnr4">[14].lL sprinces i cmtt sur ue sFembre spi 1e famille,royaleslgargeishui se senda tft oigna qasculins qian soisLi 1ranceatt ui seutent e ut jitre htmrcer d 1endoursnie,; &e s rinces étiangers sur ue sFrascel,eLsaarng Qeccr ci s tt iérarchis ,e lPras oGllamatr, oolle.l lBbleiohèsue jess Hctiire i; s011, eralo. 7pts 8j/p>

La href="#_ftn1ef13" name="_ftnr5">[15]. O dour ain diailleurs colgidéra rLue jo jeché-pairie< luns m m sfnctionnement lnstitution a P ql dnt uolgfmrctt mtttionnem ur uicrsion coyalesP qnt ut oii-même tendicar tiction de pott saepiition dar sciiquesei 1eardre ris1Liérarchis ,j/p>

La href="#_ftn1ef13" name="_ftnr1"><[1]eLrngagesqncaRla ion dtoavrUnvierdaToeoiyonf Sruitueo)onf HuaniBeyhavise lToe Hae -Pras oMut,m a2 dcd Aueve a9867 ep. 37ptsdsunant .

Da href="#_ftn1ef11">name="_ftnr"">[71]. Crlo Ginzburg, q lLaistoiiot otsdeapoiatiqi cia le   Enicsien euvc uCarle sIl louzotsda re t Vilale Qecnière oor ic qem>eGnes se l0103/4(no° 53) qo. 126j/p>

La href="#_ftn1ef13" name="_ftnr1">[81]. eade fermet ei 1e tvoyt l ln sr iceOege)e i° 66, e0117j/p> <