Archives par mot-clé : légitimité

Portrait du roi, portrait du président (2) De Gaulle et sa légitimité

J’aimerais ajouter quelques mots à propos des portraits de rois et de présidents.

Pour être exact, à propos d’une image en particulier, que j’ai pu prendre un peu à la légère dans mon précédent billet, alors qu’elle est en fait tout à fait passionnante dès lors qu’on y regarde de plus près. Il s’agit du portrait officiel de Charles de Gaulle.

Portrait officiel du président de Gaulle, par Jean-Marie Marcel
Portrait officiel du président de Gaulle. Photographie par Jean-Marie Marcel

La production d’une telle image a une logique politique incontestable. Il s’agit d’abord d’intégrer la nouveauté institutionnelle qu’est le président de la Ve République dans une tradition longue. Sa prise de pouvoir en 1958 a laissé des traces. On se souvient de la pression de militaires de l’armée française en Algérie qui menaçaient Paris et des conditions exigées par de Gaulle, à savoir un changement de constitution. François Mitterrand ne pardonnera jamais ce péché originel du régime gaulliste et vilipendera dans ses années d’oppositions le Coup d’État permanent, avant de se glisser confortablement (et avec quelle aisance !) dans le costume du général-président. Bref, la présidence doit donner des gages de républicanisme et faire bien attention à l’image qu’elle renvoie de son propre pouvoir.

On peut analyser plusieurs éléments du portrait à la lumière de cette exigence. De Gaulle porte, comme ses prédécesseurs, les insignes de grand-croix de la Légion d’Honneur, qu’il est devenu de plein droit en devenant le Grand Maître de l’Ordre, en tant que chef de l’État. Autre détail extrêmement intéressant : il appuie sa main droite sur des livres, dans une pose adoptée par le premier président de la IIIe République, Adolphe Thiers – qui était également le premier chef de l’État français à faire le choix de la photographie plutôt que de la peinture. Quel symbole plus fort de l’enracinement de ce nouveau régime dans l’histoire républicaine, d’autant plus que ce geste est adopté par la plupart des anciens présidents ?

Portrait officiel d'Adolphe Thiers, 1871. Photographie par Pierre Petit.
Portrait officiel d’Adolphe Thiers, 1871. Photographie par Pierre Petit.

Un autre enjeu est aussi celui de l’image personnelle du général de Gaulle. Celui que l’on n’a pas besoin de nommer (« le Général », avec majuscule de rigueur), que l’on reconnaît à son allure « éléphantesque[1] », dans son uniforme militaire, est déjà, à son retour au pouvoir, un mythe[2]. Il l’était toujours lorsque, dans mon enfance, j’entendais les récits de sa visite dans telle ville de province après-guerre. Il l’est très certainement encore aujourd’hui quand, malgré tout l’esprit critique avec lequel j’essaie de prendre de la distance, je ne peux retenir une intense émotion à l’écoute de la belle chanson de Gilbert Bécaud, et que j’associe son image et sa voix à celles de mes grands-parents disparus, gaullâtres patentés.

Ce mythe, construit notamment pendant la Résistance grâce à la diffusion de photographies  destinées à répandre l’image d’un homme presque inconnu du public, est d’une intense puissance poétique (au sens qu’il stimule la création et encourage les réappropriations). Les caricaturistes ne s’y sont pas trompés. Ainsi, lorsqu’il s’agit de faire coïncider la forme de son visage avec celle de l’hexagone français, en transformant son nez bourbonien, cette péninsule digne de Cyrano de Bergerac, en Bretagne, comme c’est le cas dans ce dessin de Tim, en 1969.

Dessin de Tim, 1969, dans son album "Une certaine idée de la France".
Dessin de Tim, 1969, dans son album « Une certaine idée de la France ».

De même, quand il s’agit d’attaquer de Gaulle, les étudiant·e·s  des Beaux-Arts de Paris n’ont qu’à dessiner sa silhouette pour créer leurs (magnifiques) affiches pendant Mai 68.

Affiche de Mai68, par l'atelier de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris.
Affiche de Mai68, par l’atelier de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Bref, au moment de la création du portrait officiel, il s’agit d’articuler ce mythe du Sauveur à l’image plus réglée du chef d’un État démocratique. L’apparence de normalité institutionnelle du portrait joue un rôle indiscutable. Elle permet de montrer un homme qui a abandonné son uniforme militaire pour un habit civil, qui a quitté l’état de général plus ou moins putschiste pour celui de premier magistrat d’une république.

Et pourtant….

Et pourtant il ne s’agit pas ici de n’importe quel président de la IVe République, qui inaugure des chrysanthèmes et n’exerce aucun réel pouvoir. Le militaire a certes rangé sa veste kaki réglementaire, mais c’est pour mieux revêtir, non pas l’habit classique des civils, mais l’uniforme d’apparat du général de brigade qu’il est toujours (notez les épaulettes, qui en sont le signe indiscutable, quoique si discret).

Et surtout – ce qui est crucial – à travers le grand collier de l’Ordre de la Libération. Créé  en 1941, il ne comporte qu’un seul grade, celui de Compagnon, et un seul et unique Grand Maître : Charles de Gaulle. À sa mort en 1970, les Compagnons décident qu’ils ne lui donneront aucun successeur, et il restera le seul et unique chef suprême de cet ordre de chevalerie moderne.

Détail du collier du Grand Maître de l'Ordre de la Libération.
Détail du collier du Grand Maître de l’Ordre de la Libération.

En arborant ce collier, de Gaulle envoie ce message clair, quoiqu’implicite : sa légitimité n’est pas (seulement) celle de l’élection démocratique, fût-elle, à partir de 1962, au suffrage universel. Sa légitimité est celle de l’Histoire et des circonstances, celles qui ont fait de lui le chef de la France libre en 1940 et l’ont rappelé au pouvoir en 1958 pour sauver le pays. Les institutions sont une chose, mais elles représentent si peu à côté de l’onction presque sacrée que symbolise cette petite croix de Lorraine surmontée d’une épée

Ce portrait, apparemment si classique et au fond si subversif, incarne un des aspects les plus caractéristiques du mythe selon Roland Barthes : sa dimension tautologique. De même que « Racine est Racine[3] », de Gaulle est de Gaulle. C’est ce qui fait de lui le nouveau monarque de la France.

Caricature de Moissan, Le Canard enchaîné, 1963.
Caricature de Moissan, Le Canard enchaîné, 1963.

 

MT

Je remercie Cécile Thomé pour sa relecture de ce billet.

NOTES

[1] Le mot est du propre fils du général de Gaulle. Voir Philippe de Gaulle, De Gaulle, mon père, Paris, Plon, 2003.

[2] Pour une analyse historique de ce mythe politique, dans la lignée de Raoul Girardet (Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986), voir Sudhir Hazareesingh, Le mythe gaullien, Paris, Gallimard, coll. « La suite des temps », 2010.

[3] Voir Roland Barthes, Mythologies [1957], in Œuvres complètes, éd. Éric Marty, t. 1, Paris, Seuil, 2002, p. 745 et suivantes.