Imaginer l’aristocrate, et bien d’autres choses

Ce carnet se veut un outil d’accompagnement d’une thèse de littérature française portant sur les représentations fictionnelles et pamphlétaires de la noblesse (1774-1830).

Cette période, dont le noyau dur est la Révolution française, voit la lutte pour l’influence symbolique être progressivement perdue par la noblesse : après avoir été attaquée par le biais de la fabrication de mythes négatifs (féodalité, droit de cuissage, libertinage…), cette classe voit mettre fin à son pouvoir politique, et finit par constituer une figure fantasmatique à même d’unifier la politique révolutionnaire contre cet ennemi idéal (l' »Aristocrate »).

Parallèlement, une mémoire de la civilisation et de l’éthos nobiliaire se construit durant la période post-révolutionnaire, autour d’un répertoire de récits et de motifs structurés par le sentiment de la perte irrémédiable d’une société révolue, qui est aussi une manière de continuer la lutte pour la domination symbolique. Il s’agit donc d’étudier les différents éléments discursifs (récits, motifs, formes génériques…), ainsi que leur circulation, les effets de porosité ou de contamination entre le corpus fictionnel « légitime » et le corpus pamphlétaire « clandestin », qui permettent la construction imaginaire de la catégorie de la noblesse (et/ou de l’aristocratie).

L’analyse de la construction du « mythe de l’aristocrate » passe en outre par une utilisation de la catégorie du genre, que ce soit pour examiner le traitement de la « femme aristocrate » ou celui de sa sexualité. Il s’agit donc d’examiner, à partir d’un corpus mêlant littérature légitime et illégitime, littérature autorisée et littérature clandestine, le trajet historique d’un mythe et de ses usages politiques et culturels, dans une démarche principalement littéraire mais explicitement nourrie par les sciences sociales.

Ce carnet, je l’espère, donnera un petit aperçu de ce work in process, tout en étant aussi un lieu disponible pour parler parfois d’autres choses.