Archives par mot-clé : représentation politique

Portrait du roi, portrait du président (3). Le bureau d’Emmanuel Macron

NB : pour faciliter la lecture de ce billet, une version PDF est disponible ici.

 

Après deux premiers billets consacrés aux portraits de François Hollande et de Charles de Gaulle, la publication le 29 juin 2017 du portrait officiel d’Emmanuel Macron, huitième président de la Cinquième République, est l’occasion de poursuivre ces essais d’analyse de l’iconographie présidentielle française.

Figure 1. Portrait officiel du président Emmanuel Macron. Source : compte Twitter officiel d’Emmanuel Macron.

Comme il y a cinq ans, cette image a beaucoup été commentée dès sa publication. On a souligné un certain nombre d’éléments : une composition qui travaille la symétrie, l’abondance de symboles, le lieu de la prise de vue, la position du modèle, etc. La critique[1] l’emporte par ailleurs le plus souvent sur la louange[2] – jugeant notamment la photo trop posée ou l’éclairage trop peu maîtrisé.

Mais sauf pour la comparer à quelques portraits d’anciens présidents, ces réactions médiatiques se cantonnent le plus souvent à des analyses en synchronie – c’est-à-dire qu’elles examinent l’image dans sa contemporanéité, sans prendre en compte son épaisseur historique. J’aimerais quant à moi m’intéresser à ce portrait en suivant cette idée, au fond assez simple et banale, que notre œil n’est jamais vierge : nous regardons toujours une image avec en tête, plus ou moins consciemment, d’autres images qui nous servent de points de repère et de comparaison et qui nous aident à la comprendre et à l’apprécier. C’est en s’intéressant aux éléments de rupture ou de continuité vis-à-vis de ces « pré-images » qu’on peut essayer de mieux cerner le fonctionnement de ce portrait. Or, avec le portrait d’Emmanuel Macron, un détail me frappe particulièrement, et me semble appeler à commentaire : c’est le rôle du bureau.

Un nouveau lieu du pouvoir présidentiel : le bureau

C’est en effet la principale innovation par rapport aux portraits de ses prédécesseurs : le choix du lieu qui sert de décor. Ici, c’est le bureau présidentiel, situé au premier étage du palais de l’Élysée[3]. Il s’agit d’une première dans l’histoire des portraits officiels des présidents de la Cinquième République, qui avaient jusqu’à présent préféré la bibliothèque (Charles de Gaulle, Georges Pompidou, François Mitterrand et Nicolas Sarkozy), la terrasse du palais (Valery Giscard d’Estaing) ou encore les jardins (Jacques Chirac et François Hollande).

Cette innovation est cependant moins une rupture qu’une manière de dialoguer avec les photographies officielles des prédécesseurs d’Emmanuel Macron. S’il s’agit bien d’une photo en intérieur, comme pour Mitterrand et Sarkozy, la présence du ciel et des nuages à l’arrière-plan, vus depuis la fenêtre ouverte derrière le bureau, fonctionne comme un effet de citation des portraits de Chirac et de Hollande. Montrant à la fois l’intérieur et l’extérieur du palais présidentiel, l’image propose une forme de synthèse dont l’intérêt politique paraît assez évident pour un président revendiquant un positionnement centriste.

Tant d’objets à voir

La première conséquence du choix d’un tel décor, c’est qu’il permet très concrètement de montrer un certain nombre d’objets qui occupent la table de travail. La position du modèle semble le souligner, d’ailleurs assez littéralement : le président « s’appuie » sur ces objets, qui semblent à la fois outils et témoins de son labeur quotidien.

Or la présence même de ces objets me frappe. Pris chacun individuellement, ce sont des objets plutôt banals, qui appartiennent au quotidien du travail de bureau. Tous semblent avoir une fonction symbolique précise, qu’il est d’ailleurs a priori plutôt facile de décrypter : les livres pour marquer l’attachement à la culture[4], la pendule pour rappeler que le personnage aime à se décrire comme le « maître des horloges », une figurine de coq comme symbole plus large, et peut-être aussi plus populaire, d’une France qui ne se réduit pas à son histoire républicaine traditionnelle[5] – ce n’est qu’une hypothèse –, sans oublier les deux smartphones qui témoignent de la modernité du nouveau président. Cette manière de presque saturer la composition d’une image par une multitude d’objets dotés d’une forte charge symbolique m’évoque Le prêteur et sa femme (1514) de Quentin Metsys. Dans ce tableau comme dans le portrait d’Emmanuel Macron, chacun de ces objets, apparemment anodin, est porteur d’un sens symbolique secondaire, qui donne au tableau une valeur morale, orientée vers l’allégorie ou la vanité[6].

Figure 2. Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, 1514, huile sur panneau, 71 sur 68 cm, Paris, Musée du Louvre. Source : Wikipédia.

Mais ce qui m’intéresse plus, c’est comment l’on peut considérer dans leur ensemble ces objets et ces éléments de décor. Comment, en d’autres termes, l’ensemble de ces éléments peut avoir un sens que ne résume pas la simple addition de leurs significations individuelles.

Le bureau comme attribut du pouvoir

Même si l’on ne s’en rend pas forcément compte à première vue, les éléments de mobilier présents dans le portrait d’Emmanuel Macron ne sont pas tout à fait anodins. Les courbes et le bois précieux du bureau sur lequel s’appuie le président, tout comme les dorures de la fenêtre de l’arrière-plan, appartiennent à une décoration intérieure de style Louis XV, qui est caractéristique des bâtiments dans lesquels le pouvoir politique s’exerce en France. Au point que ces motifs rococos du mobilier de luxe du xviiie siècle, qui se retrouvent dans tous les anciens hôtels particuliers occupés par les ministères – ce que l’on appelle couramment les « palais de la Républiques » – sont devenus naturels dans la mise en scène du pouvoir en France. C’est par exemple ce décor que choisit l’un des principaux conseillers de Manuel Valls, alors Premier ministre, pour illustrer son compte Twitter :

Figure 3. Capture d’écran du profil Twitter d’Harold Hauzy, conseiller en communication du Premier ministre Manuel Valls. Source : photo personnelle prise le 13 mai 2016.

Si ce mobilier n’est pas au tout premier plan dans le portrait d’Emmanuel Macron, il est tout de même assez présent, et son importance est loin d’être nulle. À cet égard, c’est un élément qui nuance fortement les velléités de modernité du portrait – ou qui les équilibre, suivant le point de vue adopté. Il est en tout cas frappant de voir que l’iPhone, cet emblème d’une manière de gouverner qui se veut moderne, se marie ici très bien avec l’acajou du bureau Louis XV.

Figure 4. Portrait officiel d’Emmanuel Macron – détail.

Le serviteur de l’État à sa besogne

S’il s’agit d’une innovation concernant les portraits de présidents, la mise en scène de soi des puissant·e·s[7] en présence d’un meuble de bureau n’est pas pour autant nouvelle. En l’occurrence, ce portrait m’en rappelle un autre, représentant Charles-Alexandre de Calonne, contrôleur général des finances[8] de Louis XVI de 1783 à 1787. Il est peint par Élisabeth-Louise Vigée-Le Brun en 1784, soit peu de temps après la nomination de Calonne[9]. On peut raisonnablement penser que ce tableau, tout comme le portrait présidentiel, vise à présenter au public une image positive de l’homme d’État qui puisse légitimer sa position et son autorité. Dans les deux cas, le bureau tient une place essentielle dans la composition de l’image.

Figure 5. Élisabeth-Louise Vigée-Le Brun, Portrait de Charles-Alexandre de Calonne, 1784, huile sur toile, 155,5 sur 130,3 cm, Londres, The Royal Collection. Source : Wikipédia.

Le ministre semble interrompu en pleine séance de travail, assis devant son bureau encombré de plumes, d’encriers et de liasses de dossiers. Parmi cet amas de papiers on distingue un projet d’édit établissant une caisse d’amortissement ; c’est à la fois une manière d’évoquer sa principale mission – régler la crise financière de l’État – et de montrer sa force de travail. Le billet qu’il tient en main, à l’adresse du roi, ainsi que le cordon de l’ordre du Saint-Esprit qu’il porte en bandoulière, symbolisent quant à eux la proximité avec le monarque.

Figure 6. Élisabeth-Louise Vigée-Le Brun, Portrait de Charles-Alexandre de Calonne, détail.

On retrouve ainsi dans le tableau les deux sources fondamentales de l’autorité du ministre : ses propres compétences d’homme d’État et la protection royale. J’ajouterais un détail, qui personnellement m’enchante : les traces blanches sur les épaules de Calonne. Manière peut-être pour l’artiste de rappeler l’artifice et la mise en scène au fondement de ce pouvoir en représentation, qui nécessite des pigments de couleur pour en produire la peinture, et de la poudre de riz pour teindre les perruques.

Ce portrait de Calonne est assurément celui d’un puissant serviteur de l’État – c’est bien là le sens étymologique du ministre (en latin, minister) –, mais il me paraît ne pas du tout entrer dans la catégorie des « portraits du roi[10] ». Le roi, bien qu’il ait lui aussi un bureau[11] et qu’il accomplisse l’essentiel de son travail dans un cabinet[12], n’est jamais représenté dans cette posture. Les objets qui l’entourent ne sont pas des plumes ou de l’encre, mais une couronne, un sceptre et une main de justice – ce que l’on appelle les regalia, les objets qui symbolisent la royauté. On ne fait pas le portrait du roi dans son cabinet, puisque le roi n’a pas besoin de travailler ou de justifier de son autorité pour l’incarner.

Figure 7. Portrait officiel du second mandat de Barack Obama (2012-2016). Sources : Wikipédia.

Portrait républicain d’un président ?

Étonnamment, en comparant les portraits de Calonne et d’Emmanuel Macron, je me rends compte que c’est la première fois qu’un président de la République est sur ce point en rupture avec le modèle du portrait du roi.

En mettant en scène ce bureau rempli d’objet, l’objectif du cliché était certainement de répondre à un copieux cahier des charges symbolique, et l’on peut discuter de sa réussite ou non sur ce plan. L’idée était probablement aussi de moderniser ce genre très convenu du portrait présidentiel, probablement en s’inspirant du modèle américain – on a beaucoup évoqué le président américain Barack Obama, posant tout sourire devant son bureau pour la photographie officielle de son second mandat. De fait, il n’est pas impensable que le public d’une république supposément démocratique ne se contente plus d’un vieil imaginaire monarchique, considérant que le pouvoir n’aurait besoin que de se manifester pour se légitimer. Peut-être peut-il s’agir ici d’une forme de réponse à la contradiction intrinsèque de la Cinquième République, qui se veut régime démocratique tout en se fondant sur l’incarnation de l’autorité politique par une figure individuelle. De la part de celui qui se revendique d’une présidence « jupitérienne » et pour qui la figure du roi est importante, on peut toutefois juger cela assez étrange.

Dans tous les cas, en inscrivant l’image emblématique de son mandat dans une généalogie iconographique qui la rapproche plutôt du portrait du ministre que du portrait du roi, Emmanuel Macron a opéré une rupture dont on n’a peut-être pas conscience à première vue. Démonstration que la manipulation des images et des symboles est bien souvent un exercice plus ardu qu’on ne le pense.

 

Maxime Triquenaux

Août 2017

Je remercie chaleureusement Cécile Thomé pour sa relecture de ce billet.

 

NOTES

[1] Par exemple dans Libération, dans un article particulièrement riche d’Isabelle Barbéris,

[2] Par exemple dans Le Figaro, sous la plume du consultant en communication Jacky Isabello, ou dans la Nouvelle République, sous la plume du sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle.

[3] Cette décision correspond aussi au choix d’un nouveau bureau à l’intérieur même du palais, puisqu’il semble qu’Emmanuel Macron ait voulu délaisser le traditionnel « Salon doré », qui sert de bureau officiel au président depuis De Gaulle. Le nouveau bureau – qui était déjà celui choisi par Valery Giscard-d’Estaing – est situé dans un salon d’angle, plus spacieux, et doté d’une vue sur le parc. Source : France Info.

[4] Dont on peut supposer que le choix ne laisse rien au hasard : les Mémoires de Charles de Gaulle, ouverts sur le côté gauche, dans l’édition de la Bibliothèque de la Pléiade – inscription dans l’histoire de la Cinquième République –, un volume des œuvres de Stendhal, contenant en particulier Le Rouge et le Noir – soit un roman racontant l’ascension sociale d’un jeune provincial ambitieux – et un autre de Gide, contenant Les Nourritures terrestres. Je sèche un peu sur le choix de ce dernier, toute hypothèse est par conséquent la bienvenue !

[5] Voir Michel Pastoureau, « Le coq gaulois », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, p. 4297-4319. L’illustration qui accompagne l’article fait d’ailleurs observer que c’est le même emblème qui donne son nom à la « Grille du Coq » servant aux visites discrètes à l’Élysée. Manière de professer une forme de « machiavélisme » et d’habileté dans l’exercice du pouvoir, ou du moins d’accepter sa part dans la fonction de président ?

[6] Pour en savoir plus sur sa symbolique, on peut tout simplement lire l’article Wikipédia sur ce tableau, particulièrement bien fait.

[7] Des hommes, principalement – mais pas seulement : je pense d’ailleurs en particulier au Portrait en pied de la marquise de Pompadour, pastel de 1752-1755 réalisé par Maurice-Quentin de la Tour et qui se trouve au Louvre, représentant la maîtresse de Louis XV assise à son bureau, entourée de partitions, de cartons à dessins et de volumineux volumes de l’Encyclopédie et de L’Esprit des lois.

[8] L’équivalent d’un ministre des Finances, et à l’époque le ministre le plus important du cabinet royal.

[9] Voir la notice du tableau dans Xavier Salmon et Joseph Baillio (dir.), Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2015, p. 163.

[10] Voir Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1981. Voir aussi mon précédent billet sur la question.

[11] Louis XV se fait ainsi fabriquer bureau à cylindres extrêmement sophistiqué, qui figure aujourd’hui parmi les collections du château de Versailles et qui est peut-être l’un des plus luxueux meubles du monde. Voir notamment l’article Wikipédia (de bonne qualité) sur ce sujet.

[12] Pour le cas de Louis XIV, voir notamment Joël Cornette, La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule de la royauté (1er septembre 1715), Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2015.

Portrait du roi, portrait du président (2) De Gaulle et sa légitimité

J’aimerais ajouter quelques mots à propos des portraits de rois et de présidents.

Pour être exact, à propos d’une image en particulier, que j’ai pu prendre un peu à la légère dans mon précédent billet, alors qu’elle est en fait tout à fait passionnante dès lors qu’on y regarde de plus près. Il s’agit du portrait officiel de Charles de Gaulle.

Portrait officiel du président de Gaulle, par Jean-Marie Marcel
Portrait officiel du président de Gaulle. Photographie par Jean-Marie Marcel

La production d’une telle image a une logique politique incontestable. Il s’agit d’abord d’intégrer la nouveauté institutionnelle qu’est le président de la Ve République dans une tradition longue. Sa prise de pouvoir en 1958 a laissé des traces. On se souvient de la pression de militaires de l’armée française en Algérie qui menaçaient Paris et des conditions exigées par de Gaulle, à savoir un changement de constitution. François Mitterrand ne pardonnera jamais ce péché originel du régime gaulliste et vilipendera dans ses années d’oppositions le Coup d’État permanent, avant de se glisser confortablement (et avec quelle aisance !) dans le costume du général-président. Bref, la présidence doit donner des gages de républicanisme et faire bien attention à l’image qu’elle renvoie de son propre pouvoir.

On peut analyser plusieurs éléments du portrait à la lumière de cette exigence. De Gaulle porte, comme ses prédécesseurs, les insignes de grand-croix de la Légion d’Honneur, qu’il est devenu de plein droit en devenant le Grand Maître de l’Ordre, en tant que chef de l’État. Autre détail extrêmement intéressant : il appuie sa main droite sur des livres, dans une pose adoptée par le premier président de la IIIe République, Adolphe Thiers – qui était également le premier chef de l’État français à faire le choix de la photographie plutôt que de la peinture. Quel symbole plus fort de l’enracinement de ce nouveau régime dans l’histoire républicaine, d’autant plus que ce geste est adopté par la plupart des anciens présidents ?

Portrait officiel d'Adolphe Thiers, 1871. Photographie par Pierre Petit.
Portrait officiel d’Adolphe Thiers, 1871. Photographie par Pierre Petit.

Un autre enjeu est aussi celui de l’image personnelle du général de Gaulle. Celui que l’on n’a pas besoin de nommer (« le Général », avec majuscule de rigueur), que l’on reconnaît à son allure « éléphantesque[1] », dans son uniforme militaire, est déjà, à son retour au pouvoir, un mythe[2]. Il l’était toujours lorsque, dans mon enfance, j’entendais les récits de sa visite dans telle ville de province après-guerre. Il l’est très certainement encore aujourd’hui quand, malgré tout l’esprit critique avec lequel j’essaie de prendre de la distance, je ne peux retenir une intense émotion à l’écoute de la belle chanson de Gilbert Bécaud, et que j’associe son image et sa voix à celles de mes grands-parents disparus, gaullâtres patentés.

Ce mythe, construit notamment pendant la Résistance grâce à la diffusion de photographies  destinées à répandre l’image d’un homme presque inconnu du public, est d’une intense puissance poétique (au sens qu’il stimule la création et encourage les réappropriations). Les caricaturistes ne s’y sont pas trompés. Ainsi, lorsqu’il s’agit de faire coïncider la forme de son visage avec celle de l’hexagone français, en transformant son nez bourbonien, cette péninsule digne de Cyrano de Bergerac, en Bretagne, comme c’est le cas dans ce dessin de Tim, en 1969.

Dessin de Tim, 1969, dans son album "Une certaine idée de la France".
Dessin de Tim, 1969, dans son album « Une certaine idée de la France ».

De même, quand il s’agit d’attaquer de Gaulle, les étudiant·e·s  des Beaux-Arts de Paris n’ont qu’à dessiner sa silhouette pour créer leurs (magnifiques) affiches pendant Mai 68.

Affiche de Mai68, par l'atelier de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris.
Affiche de Mai68, par l’atelier de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Bref, au moment de la création du portrait officiel, il s’agit d’articuler ce mythe du Sauveur à l’image plus réglée du chef d’un État démocratique. L’apparence de normalité institutionnelle du portrait joue un rôle indiscutable. Elle permet de montrer un homme qui a abandonné son uniforme militaire pour un habit civil, qui a quitté l’état de général plus ou moins putschiste pour celui de premier magistrat d’une république.

Et pourtant….

Et pourtant il ne s’agit pas ici de n’importe quel président de la IVe République, qui inaugure des chrysanthèmes et n’exerce aucun réel pouvoir. Le militaire a certes rangé sa veste kaki réglementaire, mais c’est pour mieux revêtir, non pas l’habit classique des civils, mais l’uniforme d’apparat du général de brigade qu’il est toujours (notez les épaulettes, qui en sont le signe indiscutable, quoique si discret).

Et surtout – ce qui est crucial – à travers le grand collier de l’Ordre de la Libération. Créé  en 1941, il ne comporte qu’un seul grade, celui de Compagnon, et un seul et unique Grand Maître : Charles de Gaulle. À sa mort en 1970, les Compagnons décident qu’ils ne lui donneront aucun successeur, et il restera le seul et unique chef suprême de cet ordre de chevalerie moderne.

Détail du collier du Grand Maître de l'Ordre de la Libération.
Détail du collier du Grand Maître de l’Ordre de la Libération.

En arborant ce collier, de Gaulle envoie ce message clair, quoiqu’implicite : sa légitimité n’est pas (seulement) celle de l’élection démocratique, fût-elle, à partir de 1962, au suffrage universel. Sa légitimité est celle de l’Histoire et des circonstances, celles qui ont fait de lui le chef de la France libre en 1940 et l’ont rappelé au pouvoir en 1958 pour sauver le pays. Les institutions sont une chose, mais elles représentent si peu à côté de l’onction presque sacrée que symbolise cette petite croix de Lorraine surmontée d’une épée

Ce portrait, apparemment si classique et au fond si subversif, incarne un des aspects les plus caractéristiques du mythe selon Roland Barthes : sa dimension tautologique. De même que « Racine est Racine[3] », de Gaulle est de Gaulle. C’est ce qui fait de lui le nouveau monarque de la France.

Caricature de Moissan, Le Canard enchaîné, 1963.
Caricature de Moissan, Le Canard enchaîné, 1963.

 

MT

Je remercie Cécile Thomé pour sa relecture de ce billet.

NOTES

[1] Le mot est du propre fils du général de Gaulle. Voir Philippe de Gaulle, De Gaulle, mon père, Paris, Plon, 2003.

[2] Pour une analyse historique de ce mythe politique, dans la lignée de Raoul Girardet (Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986), voir Sudhir Hazareesingh, Le mythe gaullien, Paris, Gallimard, coll. « La suite des temps », 2010.

[3] Voir Roland Barthes, Mythologies [1957], in Œuvres complètes, éd. Éric Marty, t. 1, Paris, Seuil, 2002, p. 745 et suivantes.